«

»

déc 31

Quels enjeux pour la Guadeloupe ?

Un territoire vulnérable aux changements climatiques

 De par sa situation géographique et sa physionomie, la Guadeloupe,terit déjà fortement exposée aux aléas climatiques extrêmes, est particulièrement menacée par les modifications climatiques à venir. Sa vulnérabilité est amplifiée par son insularité et la concentration de ses activités sur le littoral.

D’ici 2100 et dans l’état actuel des pratiques, la Guadeloupe pourrait connaître :

  • une augmentation des températures jusqu’à 5°C
  • une montée du niveau de la mer de 80 cm
  • une intensification des phénomènes climatiques exceptionnels : cyclones, fortes précipitations, sécheresse, etc.

Avec, pour conséquences :

  • un accroissement important des risques naturels

fleche canbt glissements de terrain
fleche canbt intrusions maritimes sur certaines zones côtières
fleche canbt dégradations écologiques des eaux marines, des cours d’eau et des nappes phréatiques…

  • la détérioration des infrastructures
  • la perturbation des activités économiques locales majeures : agriculture, pêche, tourisme.

La dépendance énergétique de la Guadeloupe facteur de risques

 Plus de 90 % de l’énergie consommée en Guadeloupe est importée et d’origine fossile (pétrole, charbon, gaz). Or :

  • La combustion d’hydrocarbures est très émettrice de GES.
  • Ce système de production d’énergie rend le territoire extrêmement dépendant, à la fois de leur disponibilité et de la fluctuation de leur prix.

La réduction des consommations de combustibles fossiles doit constituer une priorité pour la Guadeloupe en raison de :

  • la hausse annoncée du prix du pétrole
  • l’augmentation de la consommation d’électricité et de carburant, couplée à une démographie positive.

Le saviez-vous ?
Produire de l’énergie en Guadeloupe, à partir d’hydrocarbures, génère 8 fois plus de gaz à effet de serre qu’en métropole. En effet, la production d’1 kWh engendre 100 g de CO2 en métropole, contre 800 g dans l’archipel !


Les objectifs de la Guadeloupe

Le Conseil Régional, la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL) et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) de la Guadeloupe ont conjointement lancé le Schéma Régional du Climat de l’Air et de l’Energie (SRCAE) de l’archipel de Guadeloupe en 2012.

Il vise à :

  • Réduire de 20 % les émissions de GES d’ici 2020
  • Diminuer de 20 % les consommations énergétiques d’ici 2020
  • Porter à 50 % la part d’énergies renouvelables dans la consommation finale dès 2020
  • Parvenir à l’autonomie énergétique d’ici 2030
  • Diviser par 4 les émissions de GES d’ici 2050 (engagement du facteur 4).